Actualité

Rire pour survivre par Lola Fabry

INTERVIEW : Rire pour survivre dans le Journal de la photographie

INTERVIEW : Rire pour survivre dans le Journal de la photographie

David Ken par Cedric Danonville à Montréal

David Ken est un photographe de mode, de célébrités, donc d’agence, de studio, de maquilleurs, de projecteurs, de coiffeurs, de stylistes etc etc. Le LOL PROJECT est né avec la volonté de réaliser des portraits de fous rires d’anonymes. Ce matin, j’ai reçu David Ken dans mon ordinateur en skype-conférence. Pour la genèse de la création de Lol’Project, une étape passée, nouvelle : La crise de la quarantaine Donner du sens à ce qu’on fait Rébellion contre les habitudes Envie de risques, de se mettre en danger, à nu, repartir de zéro, mes baskets, mon appareil et moi, commente David, pléthorique plus que volubile, pour conclure sur : Saisir Un Instant : Le Lacher-Prise, L’anti-Posture Voilà le postulat artistique de David Ken, photographe. Pour la genèse logistique, organisation de Lol’Project, trois mots : Participatif et Réseau Social Une annonce sur son Facebook en 2009 après une promenade au Palais Royal avec William Lafarge, son complice de l’agence Pueblo, People Are Everything.

Au fil de la conversation David Ken présente toutes les inquiétudes du photographe humaniste. Ainsi, pour illustrer son danger de photographe il raconte qu’àprès avoir photographié Claudia Schieffer et toute la liste de stars internationales qu’il a dans son parcours, son “incognita”, son danger c’était justement photographier un nom, un visage, sans nom, sans image…, j’ai beaucoup aimé ce détail, il est juste, il est vrai et c’est en effet ce qu’il va chercher dans son lâcher-prise une vérité, une image qui est la vôtre…
C’est en cela probablement que naît le fameux : Ça fait du bien !
A David Ken aussi ça fait du bien de savoir photographier l’humanité sans nom, ni image préconçue.
Pour la genèse technique, David dévoile avec une simplicité époustouflante tous les détails de ses essais, recherches et settings caméra… L’outil lumière mis en examen et adapté au projet a fait l’objet de prêts, obligeant le photographe à faire l’emprunt-enlèvement puis la livraison-retour pendant un an, ensuite bon de commande location pendant encore 80 jours.
Pour la mise en scène, un cube blanc en toile de spi, une porte qui s’ouvre et se referme, un huis clos, un lâcher-prise.
Au moment où forces morales et économiques des fondateurs commençaient à mettre en bilan investissements / rebondissements, L’hôpital Raymond Pointcaré de Garches surgit et le Lol’Project se déplace à Garches en septembre 2009. Je vous laisse regarder l’opinion des scientifiques, patients, personnels sanitaires, visiteurs, sur le lien : www.lolproject.com/2011/10/le-lol-project-se-deplace-a-lhopital-de-garches
Dans ce documentaire, vous verrez Mélanie Delmotte aujourd’hui guérie qu’il a mise en boîtier sans cheveux quand elle était au service oncologie de Garches.
Ce matin, j’ai rencontré un photographe et un homme de terrain en communication, David Ken sait les faire co-exister sans préemption, comme l’est sa complicité avec William Lafarge, on a tous besoin de garde-fous, nous sommes tous le garde-fou de quelqu’un…
Voici quelques bribes désordonnées en conclusion :
J’aime les petits pas, l’humain doit être au centre de tout… Y’a plein de belles histoires… Lol’Project c’est un peu le début d’une démocratie participative… C’est un peu comme des essuie-glaces, ça n’arrête pas la pluie mais ça permet d’avancer…
Lola Fabry
LINKShttp://www.davidken.com http://www.lolproject.com/
CONTRIBUTEUR Lola Fabry

Laissez-nous vos coordonnées, on vous rappelle !

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.